image

POLITIQUE AML P

POLITIQUE ANTI-BLANCHIMENT

La présente politique établit la base des normes relatives au respect des principes et des obligations énoncés dans les obligations législatives internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, (ci-après dénommées les "réglementations"). également être interprétée comme une référence au financement du terrorisme.

Vue d'ensemble

Le respect de la réglementation est une obligation permanente de maintenir des politiques et des procédures destinées à lutter contre le blanchiment de capitaux. Cette politique et les procédures internes pertinentes doivent être correctement étayées par des contrôles de gestion, tenues à jour et communiquées au personnel. Quaestor Solutions, LLC (la Société) adoptera une approche basée sur les risques, faisant varier les mesures prises en fonction du risque évalué de blanchiment d’argent.

La clé de la prévention du blanchiment d’argent est la suivante:
  • Surveillance
  • identification des clients à plusieurs niveaux; y compris la simplification de la diligence raisonnable avec la seule obligation d’identifier l’IMA et aucune exigence de vérifier les informations; Diligence raisonnable standard; Renforcer la diligence raisonnable (requis lorsque la combinaison client / produit / service est considérée comme présentant un risque plus élevé.)
  • l'identification et la communication de connaissances ou de suspicions de blanchiment d'argent;
  • tenue des dossiers.

POLITIQUES DE SOUTIEN ET CONTRÔLES

Politiques et procédures internes

La société devrait maintenir des politiques et procédures internes pour:

  • Connaissez votre client (KYC) et la diligence raisonnable;
  • rapports;
  • tenue des dossiers;
  • contrôles de gestion internes;
  • évaluation et gestion des risques;
  • la surveillance et la gestion de la conformité; et
  • la communication interne de ces politiques et procédures.
Les politiques et procédures de la société doivent adopter une approche basée sur les risques. Les politiques et procédures de la société doivent:
  • S'assurer que les transactions complexes ou inhabituellement importantes, ou les schémas inhabituels de transactions, sont identifiés et contrôlés;
  • Préciser les mesures supplémentaires qui seront prises pour empêcher l'utilisation de produits et transactions favorisant l'anonymat

Les membres de la haute direction de la société sont responsables de la mise en place et de l’application efficaces des politiques et procédures de la société, de manière à garantir une évaluation et une gestion appropriées des risques de blanchiment de capitaux pour la société.

Officier nommé

Les politiques et procédures de la société doivent également désigner une personne pour:
  • Recevoir les divulgations d’activités suspectes de la part du personnel de la société; et signaler toute activité suspecte aux autorités compétentes;
  • S'assurer que le personnel divulgue toute activité suspecte à l'agent désigné;
  • Veiller à ce que le responsable désigné prenne en compte ces informations et, s’il ya des motifs raisonnables de le savoir ou de le soupçonner de blanchiment d’argent, signalera toute activité suspecte aux autorités compétentes.
  • Veiller à ce qu'aucune des transactions suspectes signalées à l'autorité compétente ne soit exécutée sans l'approbation préalable de l'autorité compétente.
  • «Connaissance» désigne la connaissance de l’activité de blanchiment d’argent sur la base d’informations communiquées à un membre du personnel ou au responsable désigné dans le cadre des activités commerciales de la Société.

    «Soupçon», un avis fondé sur des informations ou des circonstances, mais sans certitude ni preuve.

Contrôles et communications

La Société doit s'assurer que des contrôles de gestion internes sont mis en place afin d'être au courant du potentiel de blanchiment de capitaux.

Les contrôles internes devraient inclure:
  • identification des responsabilités de la haute direction;
  • fourniture régulière d'informations à la direction sur les risques de blanchiment de capitaux;
  • formation appropriée du personnel aux politiques et procédures;
  • documentation des politiques et procédures de gestion des risques;

La société devrait évaluer régulièrement ses politiques, procédures et contrôles de gestion pour s'assurer que les risques de blanchiment continuent à être connus et gérés.

APPROCHE FONDÉE SUR LE RISQUE

Une approche basée sur les risques est une approche qui constitue un moyen rentable et proportionné de gérer le risque de blanchiment de capitaux. Dans la mise en œuvre d’une approche fondée sur les risques, la Société devrait prendre en compte: le risque posé par le client.

Les clients et comportements suivants doivent être considérés comme plus risqués:
  • Si le client est originaire d’un pays du GAFI, de listes de l’UE, de la liste OFAC ou inscrit dans certaines de ces listes:
    1. Liste consolidée de l'Union européenne
    2. Liste des terroristes de l'Union européenne
    3. Groupe d'action financière sur les pays non coopératifs et le terrorisme
    4. Trésor de Sa Majesté - également connu sous le nom de Banque d’Angleterre (Liste consolidée)
    5. Trésor de Sa Majesté (Liste des interdictions d'investissement). 6. Liste des personnes les plus recherchées par Interpol - Événements récents. Alertes rouges. 7. Office de contrôle des avoirs étrangers du Trésor américain (OFAC). Nommés spécialement désignés. Sanctionné par l'Office de contrôle des avoirs étrangers du Trésor des États-Unis. Pays 9. Liste d'exclusion des terroristes étrangers du Département d'État des États-Unis. 10. Liste des sanctions des Nations Unies.
  • Si la réponse du client n’est pas claire ou même qu’il n’ya pas de réponse.
  • Si le comportement du client est inhabituel
  • Si le client modifie de façon illogique le modèle de transaction qu'il a utilisé
  • Si le client n'hésite pas à fournir des informations sur la source des fonds pour un dépôt
  • Si le client tente de contourner l’obligation de fournir les informations personnelles suffisantes et nécessaires lors de son inscription pour utiliser les produits et services de la Société.
  • Si le client veut retirer des fonds sans se soucier des frais beaucoup
  • Si le client veut donner un pot-de-vin, afin d’accélérer le processus de retrait.
  • Si le client dépose beaucoup plus d’argent que ce qu’il est censé avoir (selon son profil)
  • Si le montant des fonds déposés ne correspond pas à l'historique de son profil.
  • Si le client tente de transférer un fonds à un autre client s'il n'existe aucune justification économique cohérente pour la transaction.
  • Si le client n’est pas réticent à s’identifier, y compris sur demande
  • Si le client demande des détails sur les procédures et limites internes de la société en matière de LBC / FT.
  • Si le client retire ses fonds à très court terme (dans les 24 heures) après avoir déposé et sans avoir acheté de produit ou de service
  • Si le client parle de crimes ou de biens obtenus par un tel acte.
  • si le client soumet une pièce d’identité falsifiée ou d’autres documents afin d’utiliser les produits et services de la Société;
  • si un nouveau client effectue une transaction unique importante;
  • si le client occupe un poste public ou gouvernemental;
  • Si le client exerce ses activités dans des pays connus pour présenter un risque élevé de blanchiment d’argent.
  • Si le risque posé par le comportement du client est suffisant.
  • si le client semble agir pour le compte d'une autre personne;
  • Si le client est disposé à supporter des pénalités non commerciales ou d'autres risques.
La société doit surveiller le risque de blanchiment d’argent en se familiarisant avec les schémas de ses transactions commerciales, notamment:
  • augmentation inhabituelle des activités d'un client existant;
  • Transactions non pertinentes pour l’activité connue du client;
  • augmentation inhabituelle de l'activité à des moments particuliers; et
  • Types de clients ou de transactions inconnus ou non typiques.
Les procédures de contrôle basées sur les risques incluent:
  • identification du client;
  • vérification de l'identification du client; et
  • identification supplémentaire du client ou mise en œuvre d'une vigilance renforcée à l'égard de la clientèle en cas de risque plus élevé.

DILIGENCE RAISONNABLE DU CLIENT, IDENTIFICATION, SURVEILLANCE ET RESTRICTIONS

Diligence raisonnable du client

L'objet de la diligence raisonnable vis-à-vis de la clientèle est d'identifier les clients et de vérifier leur identité.

La diligence raisonnable à l'égard de la clientèle devrait inclure la vérification de la liste des objectifs de sanctions financières figurant sur le site Web des autorités compétentes. La Société ne devrait pas faire affaire avec une personne ou une entité sujette à des sanctions financières.

La société devrait être en mesure de démontrer que ses mesures de diligence raisonnable sont appropriées compte tenu du risque de blanchiment d’argent de la société. Les étapes du processus KYC (Know Your Customer) sont les suivantes:

  • identification des clients; simplifier les procédures de due diligence avec la seule obligation d’identifier l’IMA et aucune obligation de vérifier les informations (approprié s’il est difficilement possible ou qu’il existe un risque faible que les services de la Société ou le client deviennent impliqués dans le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme).
La relation commerciale doit être surveillée en permanence pour détecter les événements déclencheurs susceptibles de créer une obligation de vigilance supplémentaire à l'avenir.
  • Ce sont généralement des situations où il existe un risque potentiel mais il est peu probable que ces risques se cristallisent (un risque qui s'est produit et une perte s'est produite).

La procédure standard de diligence raisonnable nécessite l’identification du client ainsi que la vérification de son identité. En outre, la société veille à la collecte d'informations afin de comprendre la nature de la relation commerciale avec le client. Cette procédure de diligence raisonnable devrait nous donner l'assurance que nous savons qui sont nos clients et que nos services ou produits ne sont pas utilisés pour le blanchiment d'argent ou pour toute autre activité criminelle.

Comme pour la diligence raisonnable simplifiée, nous surveillons nos clients tout au long de la relation d’affaires, ce qui nous permet de mettre en évidence tout événement déclencheur potentiel susceptible de nécessiter une diligence raisonnable supplémentaire.

  • Une diligence raisonnable accrue est requise lorsque la combinaison client / produit / service est considérée comme présentant un risque plus élevé. Ce niveau plus élevé de diligence raisonnable est nécessaire pour atténuer le risque accru. Une situation à haut risque se produit généralement lorsqu'il existe une possibilité accrue de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme grâce au service et au produit fournis au client.

Ce que la diligence raisonnable accrue implique réellement dépendra de la nature et de la gravité du risque. La diligence raisonnable supplémentaire de la société pourrait revêtir de nombreuses formes, allant de la collecte d’informations supplémentaires à la vérification de l’identité ou de la source de revenu du client, voire à une vérification défavorable des médias. Les contrôles doivent être relatifs et proportionnés au niveau de risque identifié et doivent donner l'assurance que tout risque a été atténué et qu'il est peu probable qu'il se cristallise.

La société demande à ses clients d'indiquer s'ils occupent ou ont précédemment occupé un poste important au sein du gouvernement et s'assurent que ces clients sont traités comme présentant un risque élevé.

Identification et vérification

L'identification peut être documentaire, électronique ou une combinaison des deux. Il convient de conserver un registre de toutes les preuves recueillies pour établir l’identité du client. La documentation d'identité doit être complétée par une pièce d'identité supplémentaire, telle qu'une facture d'électricité récente ou un relevé bancaire datant de moins de 3 mois et indiquant le nom et l'adresse du client.

Surveillance continue

La société devrait surveiller en permanence l’activité des clients.

La surveillance continue comprend:
  • examiner minutieusement les transactions, y compris la source des fonds, l’orientation des fonds; changements de modèles de transaction,
  • S'assurer que les informations sur les clients sont tenues à jour

La surveillance peut s'inscrire dans le cadre d'un examen des transactions précédentes et peut être manuelle ou automatisée. Le personnel devrait être formé à la surveillance continue.

TENUE DE DOSSIER

Des registres suffisants devraient être conservés pour démontrer la conformité au Règlement, y compris des registres concernant:
  • Les politiques et les procédures;
  • contrôles et communication;
  • analyse des risques clients et transactions;
  • la diligence raisonnable vis-à-vis de la clientèle, y compris la preuve de l'identité du client et de toute documentation à l'appui;
  • surveillance continue; et
  • Transactions et enregistrements commerciaux, sous une forme suffisante pour constituer une piste d'audit.

Les enregistrements doivent être conservés au cours de la relation commerciale et pendant 5 ans à compter de la date à laquelle la relation avec le client prend fin.

En aucun cas, la SOCIÉTÉ, ses employés, ses consultants ou ses représentants n’engageront de négociations avec les terroristes. Les comportements ou actions suspectes seront immédiatement signalés aux autorités compétentes.

La SOCIETE, sous la protection de la sphère de sécurité, peut volontairement recevoir ou partager des informations avec n’importe quelle autre institution financière ou gouvernementale concernant des individus, des entités ou d’autres organisations aux fins d’identifier et, le cas échéant, de signaler les activités pouvant impliquer des activités terroristes ou des activités de blanchiment d'argent.

Restrictions relatives aux retraits pour lutter contre le blanchiment d'argent (AML)

Afin de se conformer aux règles et réglementations généralement acceptables en matière de LBC, les membres ne peuvent retirer des fonds que sur leur propre compte (compte bancaire, carte bancaire, compte Monteline, etc.). La Société exécutera les demandes de retrait des membres uniquement avec des documents KYC approuvés. Les demandes de retrait à des tiers ne sont pas autorisées. En cas de tentative d'exécution de transactions soupçonnées par la Société d'être liées au blanchiment d'argent ou à toute autre activité criminelle, la Société se réserve le droit de suspendre de telles opérations et dispose d'un pouvoir discrétionnaire total pour bloquer ou mettre fin à la relation avec le membre présumé existant. et d'agir conformément à la procédure de rapport interne.

Les retraits ne sont autorisés que sur le revenu personnel du membre, les bonus, les récompenses, etc. Les membres ne sont pas autorisés à transférer des fonds sur le compte d’un autre membre pour être retirés sur un compte tiers. Les retraits de compte doivent représenter l’activité du compte et du membre.

Tous les employés et agents ont reçu une copie de la présente politique. Tous les nouveaux employés et agents recevront une copie de cette politique au moment de leur embauche.

Nous vous remercions de votre compréhension et de votre coopération pleine et entière dans la mise en œuvre de cette politique.

La présente politique a été approuvée par la direction le 18.01.2017.

Toutes les demandes concernant cette politique doivent être adressées au service juridique et de la conformité.